Ralentir ?

Mardi 20 avril

Ces derniers temps, j’ai moins de temps pour écrire, ou moins d’énergie, ou les deux.

Il m’arrive aussi d’avoir des journées très riches en échanges avec d’autres personnes et, quand je me retrouve devant mon ordinateur avec un grand champ de texte vide, je me dis que ça n’a pas grand sens de rédiger, seul, quelque chose qui n’atteindra même pas le dixième de l’intérêt et de la satisfaction que m’ont procurés mes échanges plus tôt dans la journée.

Les radotages que je publie ici servent avant tout de prétexte pour tenter de former une habitude d’écriture. Bien sûr, ils ne se résument pas à ça, et j’essaie souvent d’en faire quelque chose de potable (ce qui, paradoxalement, peut être un frein à l’écriture car, perfectionnisme oblige, je suis rarement satisfait de ce que je rédige). Mais, tout de même.

Ce site n’est pas un blog « personnel », dans le sens où je n’y publie pas en tant que personne identifiable, avec mon nom et ma petite individualité. Il y a aussi, par ailleurs, toutes sortes de sujets, nombreux, que j’exclus des sujets d’écriture possibles, pour différentes raisons. Des sujets qui seraient pourtant potentiellement de bonnes sources pour des textes longs, voire même intéressants. Des sujets que je n’aurais souvent aucun souci à aborder avec des amis ou d’autres personnes, ou des gens qui me connaissent, mais qui n’auraient tout simplement pas leur place sur un site accessible depuis le monde entier et hors de tout contexte.

En outre, beaucoup de choses intéressantes se prêtent selon moi assez peu au format strictement textuel. Alors, certes, nous sommes sur le web, donc j’aurais la possibilité technique de produire des choses audio, vidéo,… Mais, au-delà de la charge de travail qui atteindrait un autre ordre de grandeur, cela m’éloignerait assez fortement du but initial de former une habitude d’écriture.

Comme je n’ai pas franchement envie de publier trop de choses « faciles » pour compenser les diverses raisons qui peuvent rendre l’écriture compliquée certains jours, ni n’ai envie de trop ressentir d’obligation de résultat, je me dis que je pourrais changer les règles du jeu, et ne plus publier que deux ou trois fois par semaine. Ce qui n’apporterait nullement, de manière mécanique, une garantie d’amélioration qualitative : ça m’éviterait juste le risque de « me forcer » à écrire les jours où ça ne se met vraiment pas.

Le « risque » le plus prévisible que j’anticipe est évidemment celui de l’opportunisme d’une certaine paresse, qui amènerait à des publications de plus en plus éloignées les unes des autres dans le temps, jusqu’à l’arrêt complet. C’est là, je pense, une vraie possibilité. Et ça n’aurait rien de grave, vu que toute cette petite expérience est insignifiante.

Après près de quatre mois, un tiers d’année, à expérimenter ce régime quotidien, je me dis de plus en plus qu’il serait intéressant de modifier le rythme. Une publication par jour, c’est très contraignant. Ou plutôt : une publication au moins un peu travaillée par jour, c’est très contraignant. Parce que si je voulais me réduire à publier des conneries, je pourrais aisément en faire trois par jour, tous les jours de l’année. Mais ça ne m’intéresse pas.

Dans les domaines sur lesquels je peux m’autoriser à écrire ici, il y en a tout de même quelques-uns qui pourraient être prétextes à structurer par écrit des choses qui me trottent dans la tête depuis parfois longtemps. Je l’ai d’ailleurs déjà fait dans une certaine mesure. Mais ça demande du temps. Et ça reste peut-être un exercice un peu vain, car les choses les plus intéressantes me viennent généralement de discussions avec d’autres gens, voire de dialogues fictifs se déroulant dans ma tête. Des situations de réactions à des choses, des situations qui peuvent être assez différentes de la production écrite, qui implique souvent une initiative ex nihilo.

(j’enfonce une porte ouverte : les discussions, les échanges avec d’autres gens sont souvent considérablement plus intéressants que les monologues)

Bref, je pense que je vais me simplifier les choses et faire mentir la phrase en haut de la page d’accueil de ce site, en ralentissant, en réduisant ma fréquence d’écriture. Je vais en tous cas me donner la possibilité de le faire. On verra comment ça influence positivement ou pas les conditions pratiques de cette petite expérience.